PARTENAIRES


La France, deuxième exportateur de films derrière les États-Unis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La France, deuxième exportateur de films derrière les États-Unis

Message par Dolu le Jeu 15 Mai - 0:43

La France, deuxième exportateur de films derrière les États-Unis

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Une étude d'UniFrance, dévoilée jeudi au Festival de Cannes, montre que nos productions bénéficient d'une image très positive à l'étranger. Les comédies, surtout, sont plébiscitées.

Si le cinéma américain domine plus que jamais les box-offices du monde entier, la France peut toutefois pousser un cocorico de satisfaction. Alors que s'ouvre le 67eFestival de Cannes, notre «exception culturelle», vue de l'étranger, est toujours autant appréciée des cinéphiles.

C'est en tout cas ce qui ressort d'une vaste étude menée dans 14 pays auprès de plus de 6000 personnes par OpinionWay pour le compte d'UniFrance, l'organisme chargé de la promotion du cinéma tricolore à l'étranger. «Cette enquête, c'est l'anti-french-bashing. On ne s'imagine pas à quel point nos films sont reconnus au-delà de nos frontières. D'ailleurs, et c'est un chiffre trop méconnu, nous sommes le deuxième exportateur mondial de films après les États-Unis», rappelle Isabelle Giordano, la directrice générale d'UniFrance, institution qui célébrera à Cannes ses 65 ans d'existence. En moyenne, sur les cinq dernières années, les recettes en salles générées par des films français à l'étranger sont à peu près comparables à celles engrangées sur notre territoire. En 2013, année médiocre pour le secteur, elles ont représenté en gros 400 millions d'euros pour la France et 300 millions d'euros pour l'international. Mais, en 2012, la carrière exceptionnelle de The Artist, Intouchables et Taken 2 ont permis de récolter à l'international 889 millions d'euros, contre 503 millions en France.

Malgré le climat actuel morose, notre industrie cinématographique, que l'on dit fragilisée, peut avoir des raisons de se réjouir. D'abord parce qu'elle est bien considérée. Les résultats de l'enquête montrent en effet que les 3/4 des personnes interrogées apprécient les «French movies». Les plus enthousiastes étant les Russes, les Allemands, les Américains et les Anglais. Et même si la palme des films les plus captivants et les plus populaires revient aux longs-métrages «made in USA», les productions hexagonales sont jugées comme les plus belles d'entre toutes. «On claironne que le cinéma français est le deuxième du monde en terme de vente, mais cela est aussi confirmé en terme d'image», savoure Gilles Renouard, le directeur général adjoint d'UniFrance.

Les acteurs, parmi les premières motivations

De l'avis général, le cinéma tricolore possède une identité forte, unique en son genre (70 %), dont on aime l'audace et l'authenticité. Surtout, estiment en grande partie les sondés, notre cinéma sait raconter des histoires. D'ailleurs, c'est moins sa nationalité ou ses éventuelles récompenses que le sujet en lui-même ou les acteurs d'un film qui incitent à aller le voir… «Mieux vaut donc ne pas être trop cocardier lorsque l'on fait la promotion d'un film à l'étranger», conseille Gilles Renouard.

Autre cliché battu en brèche par l'enquête: les comédies, les comédies romantiques et les drames sont les trois genres les plus plébiscités. De quoi faire réfléchir les professionnels du secteur, estime Isabelle Giordano. «On se vit beaucoup comme le pays du cinéma d'auteurs, très intellectuel, mais on devrait s'affirmer davantage comme un pays de comédies». Pour Gilles Renouard, cela prouve en tout cas que le cinéma français est «de moins en moins perçu comme ennuyeux, triste et bavard».

Le cinéma hollywoodien de plus en plus agressif

Certes, l'enquête démontre clairement que notre septième art bénéficie d'une image très positive. Mais ses atouts ne doivent pas pour autant occulter ses faiblesses. Dans certains territoires, le cinéma français, moins considéré, peine à exister. «Plus les pays sont loin, plus l'image du cinéma français y est diluée», reconnaît Gilles Renouard. D'autres causes expliquent de moindres performances. En Corée, par exemple, qui a mis en place un modèle de soutien financier comparable au nôtre, les exportations diminuent au profit des productions locales. Au Mexique également, pays friand de films d'action, les États-Unis, champion du genre, raflent désormais la quasi-totalité de la mise. «D'une manière générale, on constate que le cinéma hollywoodien est de plus en plus agressif, insiste Isabelle Giordano. Et si on ne fait rien, on risque d'être balayé dans pas mal de pays, notamment ceux proches de l'Amérique».

Un scénario dont les répercussions seraient pour le moins préoccupantes, alors que le marché domestique arrive à saturation. D'autant que le ministère de la Culture mise sur l'essor des exportations pour pallier la raréfaction des ressources. «Dans le contexte actuel, on ne peut pas se contenter de faire seulement un succès français», considère Isabelle Giordano. Face à la politique du rouleau compresseur des studios américains, elle estime que «la filière du cinéma français doit jouer collectif, se serrer les coudes et réfléchir à l'intérêt général.Il faut rentrer en guerre.»


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
Dolu

Dingo admin


Dingo admin

Messages : 11716
Age : 39
Localisation : Manche

http://www.jokersdingo.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum